Exclusive Content:

Blocages du genou : Causes et traitements

Les blocages du genou sont fréquents et la gène fonctionnelle qu’ils induisent motive souvent une consultation en urgence. Le patient ne peut plus réaliser une extension complète de la jambe sur la cuisse.

Ce mouvement d’extension se heurte à une résistance mécanique et déclenche une vive douleur. Ces blocages, souvent répétitifs, durent de quelques minutes à plusieurs heures.

Trois situations principales peuvent être à l’origine d’un blocage du genou : une lésion méniscale, une ostéochondromatose, une ostéochondrite disséquante.

Lésions méniscales

Les ménisques au nombre de deux dans chaque genou (externe et interne) sont des formations fibrocartilagineuses en forme de demi-lune qui s’interposent dans l’articulation fémoro-tibiale entre les condyles fémoraux et les plateaux tibiaux.

Ils amortissent les chocs et permettent une congruence parfaite des surfaces articulaires lors des mouvements.

Sous l’effet du vieillissement ou lors des déchirures traumatiques qui surviennent à l’occasion d’un mouvement violent, souvent une flexion du genou pied au sol en rotation interne. L’extension complète du genou devient impossible ; avec une vive douleur.

Les différents types de lésions méniscales.

Il existe souvent une fissure verticale du ménisque interne, réalisant une « anse de sceau » qui se luxe et provoque le blocage.

Une arthrographie ou une IRM permettent le diagnostic des lésions méniscales et la mise en évidence d’une éventuelle rupture du ligament croisé. Le traitement de la lésion méniscale s’effectue sous arthroscopie.

Ostéochondromatose

L’ostéochondromatose est une pathologie caractérisée par la formation de corps cartilagineux (chondromes) par la synoviale du genou. Ces chondromes peuvent s’ossifier dans un second temps, ce qui justifie l’appellation d’ostéochrondomatose synoviale.

Ces corps étrangers peuvent rester attachés à la synoviale ou se libérer dans l’articulation ; dans les deux situations, ils peuvent provoquer des blocages répétitifs du genou.

La radiographie standard du genou peut montrer des corps arrondis ou ovalaires, de 1 à 10 mm de diamètre, si les chondromes sont ossifiés. Sinon le diagnostic relève de l’arthrographie.

Le traitement consiste à extraire ces corps étrangers du genou sous arthroscopie et la résection de la synoviale pathologique.

Ostéochondrite disséquante

L’ostéochondrite est une pathologie affectant plus volontiers le garçon dans l’enfance ou l’adolescence. Il s’agit d’une nécrose osseuse du condyle fémoral médial secondaire à une microfracture sous-chondrale.

Elle peut passer inaperçu et rester asymptomatique ou donner lieu à des douleurs d’effort. La radiographie révèle le séquestre sous la forme d’une zone condensée ovalaire sous-chondrale.

Ce séquestre, s’il ne s’incorpore pas à l’épiphyse au cours de la croissance, à l’âge adulte, il peut se détacher dans l’articulation. Il se comporte alors comme un corps étranger provoquant des blocages articulaires.

La radiographie révèle un séquestre osseux détaché dans l’articulation, associé à une encoche condylienne bordée d’ostéosclérose.

Le retrait par arthroscopique du séquestre osseux s’impose pour traiter la cause du blocage.

Quelles solutions pour soulager le blocage du genou dans l’urgence ?

Les solutions et les traitements proposés en cas de blocage du genou diffèrent selon la cause. Le blocage « vrai » est souvent d’origine méniscal suite à un traumatisme dans les antécédents.

Lors d’un blocage méniscal, celui-ci peut se réduire spontanément ou après une manœuvre de réduction (flexion et rotation). On peut également mettre le patient en position couchée sur le ventre, pieds dépassant l’extrémité de la table pendant 15-30 minutes.

Réduction d’un blocage méniscal du genou.

Lorsque le blocage est irréductible, il entraîne une marche en flexum du genou, et le patient marchera sur la pointe des pieds. Dans ce cas, le traitement est chirurgical qui peut s’effectuer en urgence.

Pour soulager les douleurs qui accompagnent le blocage, des médicaments antalgiques sont prescrits, anti-inflammatoires (ibuprofène, kétoprofène), surtout si les douleurs sont associées à une inflammation (gonflement, rougeur). Dans ce cas, l’application de poches de glace et la surélévation de la jambe permettent aussi de diminuer la réaction inflammatoire. Une attelle peut être recommandée pour mettre au repos le genou.

Enfin, une chirurgie programmée est généralement requise, elle s’effectue sous arthroscopie, une technique mini-invasive qui permet d’intervenir dans le genou à travers de petites incisions cutanées.

Lire aussi : 
. Lésions des ménisques – Quels traitement ?
. Qu’est ce qu’une arthroscopie ?
. Arthrose du genou – Quand faut’il opérer ?

Latest

Auto-rééducation de la capsulite rétractile de l’épaule

La capsulite rétractile de l'épaule « épaule gelée »...

La raideur de l’épaule : Qu’est-ce qu’une épaule raide ?

La diagnostic de la raideur de l'épaule est exclusivement...

Quand indiquer une prothèse totale de hanche ou de genou ?

C'est une question souvent posée par les patients comme...

Hydroxychloroquine contre le Covid-19 : précisions du Pr. Eric Chabrière

Eric Chabrière, professeur à l'Institut des maladies infectieuses de...

Newsletter

spot_img

Don't miss

La main bionique dernière génération de RSLSteeper

Cette nouvelle prothèse intuitive est le fruit d'une collaboration...

Polyarthrite et activité physique : 6 bonnes raisons de faire du sport

Peut-on faire du sport lorsque l’on est atteint de...

Lumbago : causes, symptômes et traitement

Il s'agit d'une douleur qui survient brutalement, en général...

Mal au dos : les bonnes pratiques pour ramasser les objets

La position que vous utilisez pour vous abaisser et...

Fractures de jambe : les traitements possibles

Les fractures de jambe sont particulièrement fréquentes à l’occasion...
Dr. Khaled BENOKBA
Dr. Khaled BENOKBA
Chirurgien en orthopédie & traumatologie, exerçant en Algérie, un passionné du web. Fondateur du domaine ORTHODZ.com en ligne depuis 2014.

Connaitre les 9 risques de l’utilisation des corticoïdes

Rappelons qu'ils sont directement liés à la "dose cumulée" et à la nature du produit utilisé. De plus, il existe une susceptibilité individuelle ;...

Ostéonécrose de la tête fémorale

Ostéonécrose de la hanche appelée également ostéonécrose de la tête fémorale est une mortification de l'os de la tête fémorale due à l'interruption de...

Reconnaître l’arthrose en 6 symptômes

L’arthrose peut ne donner aucun symptôme et être de découverte fortuite. Lorsque l’arthrose se manifeste, elle entraîne classiquement des douleurs mécaniques, qui vont progressivement...