Rupture de l’aponévrose plantaire – Causes, signes et traitement

0
5392
Aponévrose plantaire

La rupture de l’aponévrose plantaire peut survenir soit soudainement après un effort physique violent (démarrage, impulsion, réception d’un saut) ou plus minime si l’aponévrose est déjà fragilisée.

Qu’est ce qu’une aponévrose plantaire ? 

L’aponévrose plantaire ou le fascia plantaire est une formation fibreuse insérée en arrière à l’os du talon (calcanéum), en avant à la base des orteils.

Elle permet la répartition des pressions à la marche, possède un rôle d’amortisseur, et s’oppose à l’effondrement de l’arche longitudinale du pied (le creux du pied).

Elle est très sollicitée par les pratiques sportives, en particulier dans l’athlétisme, le marathon, le football, la danse…

La rupture peut survenir de façon brutale sur une aponévrose saine, ou au contraire sur aponévrose fragilisée, constituant ainsi le stade ultime d’une pathologie microtraumatique.

Symptômes suite à une rupture de l’aponévrose plantaire 

La douleur est d’emblée intense, associée à une sensation de déchirure, obligeant l’arrêt de la marche. De vue, il peut y avoir un œdème local (tuméfaction), parfois une ecchymose (un bleu).

Comment poser le diagnostic d’une rupture de l’aponévrose plantaire ?

. L’échographie

On recherche une zone transonore, de taille variable, synonyme de rupture récente, mal limitée. L’hématome peut masquer la rupture au stade initial.

. Faire une IRM

Elle visualise une solution de continuité (rupture) en hyposignal dans les coupes sagittales T1, avec injection de gadolinium (marquer radiologique) permettent une analyse des ruptures partielles de l’œdème ou d’un hématome associé.

Dans les ruptures plus anciennes, l’IRM met en évidence une cicatrice hypertrophique (épaississement fusiforme de l’aponévrose plantaire), un hématome enkysté ou des calcifications.

Comment traiter ? 

La prise en charge de la rupture de l’aponévrose plantaire est généralement médicale, elle dépend du stade de gravité de la rupture.

Le repos avec mise en décharge (pas d’appui), est nécessaire, associé au glaçage, à un traitement antalgique et anti-inflammatoire.

La reprise d’appui progressive est généralement possible entre le dixième et quinzième jour ; la marche après un mois, sous réserve de l’absence de douleur.

En cas de rupture plus importante ou complète de l’aponévrose plantaire, une immobilisation plâtrée est recommandée, pendant 3 à 4 semaines.

La chirurgie est réservée en cas d’échec du traitement médical, ou dans les formes vues tardivement (désinsertion).

Référence : Revue du Rhumatisme monographies.
Lire aussi :
. Comment traiter une aponévrosite plantaire ?
. Qu’est ce qu’une thérapie par ondes de choc ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here