Exclusive Content:

Les règles du traitement orthopédique d’une fracture distale du radius

Le traitement orthopédique proprement dit n’est entrepris que si la fracture distale du radius est parfaitement réduite et stable au contrôle sous amplificateur de brillance.

Si le déplacement se reproduit dès que la traction est relâchée et que le poignet est placé en position neutre, cette fracture nécessite une stabilisation chirurgicale.

La réduction de la fracture 

La réduction d’une fracture distale du radius déplacée doit être réalisée dans les 48 premières heures, voire en urgence en cas de complication.

Elle se fait impérativement sous anesthésie (locorégionale ou générale), pour obtenir une réduction satisfaisante : les réductions « à la volée » sont toujours incomplètes, le déplacement secondaire est constant. Il faut bannir les manœuvres consistant à augmenter le déplacement (Pilcher-Malgaigne), car elles aggravent les dégâts osseux postérieurs et donc l’instabilité[1].

La réduction se fait essentiellement par traction, à laquelle on associe des manœuvres inverses au déplacement : flexion et pronation dans les fractures en compressionextension, extension et supination dans les fractures en compression-flexion. Une méthode rigoureuse doit permettre d’obtenir d’emblée une bonne réduction.

Comment se fait l’immobilisation 

La contention d’une fracture distale du radius est assurée par un plâtre ou une résine qui répond à des normes strictes. Le membre est placé dans un double jersey. Le plâtre est moulé, sans être serré, sans créer de compression localisée.

Le poignet est immobilisé en position neutre ou légère flexion (pas plus de 15-20°), et en légère inclinaison cubitale. Le coude peut être immobilisé pendant les trois premières semaines.

À la main, le plâtre doit s’arrêter au pli de flexion palmaire distal, de façon à autoriser un enroulement digital complet. En arrière, il descend jusqu’à la face dorsale des métacarpophalangiennes. Il est échancré autour de la base du pouce et bien moulé dans la paume.

Sous réserve d’une technique rigoureuse et d’une surveillance stricte, il est inutile de le fendre à titre systématique.

Durée d’immobilisation 

La manchette est conservée jusqu’à consolidation de la fracture (6 semaines). Une immobilisation de 4 semaines est insuffisante, un déplacement secondaire est encore possible. De plus, la durée d’immobilisation n’a pas de conséquence sur la mobilité du poignet, s’il s’agit de l’immobilisation correcte d’une fracture correctement réduite !

La surveillance fait partie intégrante du traitement orthopédique. Une surveillance clinique et radiologique stricte est indispensable.

Complications

Les complications sous plâtre sont :

– la plus grave est la compression sous plâtre,
– la plus fréquente est le déplacement secondaire.

La compression sous plâtre doit avant tout être prévenue par une réalisation rigoureuse de l’immobilisation plâtrée telle qu’elle a été définie ; le patient doit maintenir sa main surélevée et mobiliser activement ses doigts pour prévenir l’œdème. Elle doit être systématiquement recherchée, surtout au cours des 24 premières heures, et les signes doivent être expliqués au malade.

Le diagnostic est clinique : toute douleur inexpliquée, la présence d’une cyanose, d’un œdème, de dysesthésies, d’une gêne douloureuse à l’extension des doigts, d’un déficit neurologique discret doivent alerter.

En présence d’un de ces signes, voire au moindre doute, le plâtre est fendu en urgence, jersey compris, sinon le patient risque de développer  n syndrome des loges.

Référence :
1. Castaing J et le Club des dix. Les fractures récentes de l’extrémité inférieure du radius chez l’adulte. Rev Chir Orthop 1964;50:581-696.

Latest

Auto-rééducation de la capsulite rétractile de l’épaule

La capsulite rétractile de l'épaule « épaule gelée »...

La raideur de l’épaule : Qu’est-ce qu’une épaule raide ?

La diagnostic de la raideur de l'épaule est exclusivement...

Quand indiquer une prothèse totale de hanche ou de genou ?

C'est une question souvent posée par les patients comme...

Hydroxychloroquine contre le Covid-19 : précisions du Pr. Eric Chabrière

Eric Chabrière, professeur à l'Institut des maladies infectieuses de...

Newsletter

spot_img

Don't miss

Luxation de l’épaule : une urgence de prise en charge

C'est la plus fréquente des luxations de l'organisme. Il...

Luxations sternoclaviculaires : quel est le traitement ?

Les luxations sternoclaviculaires sont rares, concernent généralement le sujet...

Technique pour enlever une bague coincée au doigt

Beaucoup d'entre vous ont déjà connu ce vrai calvaire...

Les différents types des entorses du genou

Le genou est l'une des articulations les plus exposées...

L’impression 3D signe-t-elle la fin des plâtres médicaux ?

Deux entreprises, espagnoles et mexicaines, ont élaboré une technique...
RÉDACTION
RÉDACTION
Notre équipe met la prévention et l’information au cœur de sa ligne éditoriale afin d’aider les internautes à devenir acteurs de leur santé. Si vous voulez contribuer au site veuillez nous contacter.

Infiltration de cortisone : effets secondaires et précautions à prendre

L'infiltration de corticoïdes est un traitement médical, complémentaire ou principal de l'atteinte articulaire rhumatismale, d'arthrose, de pathologie tendineuse, ou de névralgies d'origine disco-rachidienne. Quels sont...

Pierre SCHLIENGER – Pédicure-Podologue

Cabinet de podologie situé dans la Maison de Santé (parking, accès handicapé). Consultations au cabinet ou à domicile, du lundi au samedi. Confection de...

Taping : Bandage adhésif thérapeutique

Vous avez peut être déjà vu à la télévision des sportifs avec des bandes de différentes couleurs, bleu, rose, noire, ... et vous vous...

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici