Méralgie paresthésique : causes, symptômes et traitement

1
7813

La méralgie paresthésique appelée également névralgie fémoro-cutanée est une affection fréquente causée par une compression du nerf cutané latéral de la cuisse par le ligament inguinal au cours de son passage sous l’arcade crurale, entraînant douleur, engourdissement et picotement sur l’avant et l’extérieur de la cuisse.

Une douleur à type de brûlure de la face latérale de la cuisse indique une méralgie paresthésique.

Signes et symptômes de la méralgie paresthésique

Les symptômes débutent souvent par une douleur avec sensation de brûlure à la face latérale de la cuisse. Les symptômes s’aggravent avec la position assise ou accroupie, ou bien avec de larges ceintures.

L’obésité et le port de ceintures larges peuvent comprimer le nerf cutané latéral de la cuisse, ce qui entraîne une méralgie paresthésique.

Bien que les atteintes traumatiques du nerf cutané latéral de la cuisse aient été impliquées, chez la plupart des patients, il n’existe pas d’antécédent de traumatisme évident.

Comment confirmer l’atteinte

Après une visite médicale chez un médecin spécialiste, neurologue ou chirurgien orthopédiste, des examens sont nécessaires :

• L’électromyogramme peut permettre d’établir la distinction entre une radiculopathie lombaire, une neuropathie diabétique fémorale et une méralgie paresthésique.

• Des radiographies du dos, de la hanche et du pelvis sont indiquées chez tous les patients qui présentent une méralgie paresthésique afin d’exclure une pathologie osseuse occulte. En fonction du tableau clinique du patient, des examens complémentaires peuvent être requis, comprenant une numération formule sanguine complète, un taux d’acide urique, une mesure de la vitesse de sédimentation et une recherche d’anticorps antinucléaires.

• Une imagerie par résonance magnétique (IRM) du dos est indiquée si l’on suspecte une hernie discale, une sténose rachidienne ou une lésion étendue.

• La technique d’infiltration constitue une manœuvre à la fois diagnostique et thérapeutique.

Traitement de la méralgie paresthésique

Il convient d’instruire les patients souffrant d’une méralgie paresthésique sur les techniques leur permettant de réduire les symptômes et la douleur associés à ce syndrome canalaire. Le port de pantalons dont la ceinture est serrée à la taille, doit être évité.

Le traitement peut d’abord être brièvement conservateur et consister en l’administration d’antalgiques simples, d’anti-inflammatoires non stéroïdiens ou d’inhibiteurs de la cyclo-oxygénase-2 et de kinésithérapie.

En cas de douleurs intenses le clonazépam (Rivotril) est quelquefois prescrit. Plus récemment le Lyrica a également été essayé, avec semble-t-il quelque succès supplémentaires. Les effets secondaires font parfois refuser ce médicament par les patients.

Placement de l’aiguille approprié pour l’injection du nerf cutané latéral de la cuisse pour traiter la méralgie paresthésique.

Si l’état des patients ne s’améliore pas rapidement, l’infiltration constitue l’étape suivante, corticoïdes ou anesthésiques locaux (procaïne, lidocaïne) au contact de l’épine iliaque antéro-supérieure.

Il en est de même de la mésothérapie sans utilisation de corticoïde.

1 COMMENTAIRE

  1. Cela fait plus d un an que le souffre suite a une chute après prothèse de hanche et fracture d’une vertèbre. Que puis-je faire. Sois. Quelqu’un peut’t’il m’aider ? Svp

LAISSER UN COMMENTAIRE