Quand indiquer une prothèse totale de hanche ou de genou ?

2280
prothèse totale de hanche

Quand est ce que la mise en place d’une prothèse totale de hanche ou de genou devient-elle nécessaire ? C’est une question souvent posée par les patients comme par leurs médecins traitants.

Le remplacement prothétique de la hanche et du genou sont les opérations orthopédiques les plus pratiquées dans le monde.

Une chirurgie donne souvent de bons résultats en ce qui concerne la diminution des douleurs et la reprise de la mobilité chez les patients opérés.

Lire aussi : Arthrose du genou : quand faut-il penser à opérer ?

Schématiquement, on peut proposer une telle intervention lorsque 3 conditions sont réunies :

– il existe une arthrose anatomique (radiologique) avancée : quasi disparition de l’interligne,

– la douleur et/ou la gêne fonctionnelle sont majeures (des indices, tel l’indice algo-fonctionnel de Lequesne, existent pour quantifier cette gêne et fixer un seuil au-delà duquel la prothèse peut être indiquée),

– cette douleur et cette gêne majeures sont présentes malgré un traitement médical (pharmacologique et non pharmacologique) bien prescrit, bien suivi pendant un temps suffisant (quelques mois).

La douleur, le handicap fonctionnel avec limitation du périmètre de marche et de l’amplitude articulaire, la résistance aux traitements antalgiques et les douleurs nocturnes sont les principaux critères conduisant à l’indication au traitement chirurgical.

Dans tous les cas et après avoir reçu toute l’information nécessaire, c’est au patient d’accepter ou non la proposition d’un traitement chirurgical.

Plus lapidairement, selon la formule d’un chirurgien orthopédique suédois, S. Lohmander, l’indication de prothèse existe : « quand le malade ne peut plus ni dormir, ni marcher, ni travailler ».

Lire aussi : Prothèse totale de hanche : ce qu’il faut savoir

Quand demander l’avis d’un spécialiste ?

Pour confirmer un diagnostic (cette arthrose ne cache-t-elle pas une autre arthropathie ?). Pour avoir un avis thérapeutique (devant l’échec des divers moyens thérapeutiques mis en œuvre, comment aller plus loin ?).

Pour faire un geste technique : rééducation, exercices, gymnastique, infiltrations, orthèses et autres aides techniques, prescription et suivi d’un régime, conseil psychiatrique, soutien psychologique, chirurgie.

Rhumatologie pour le praticien – Bernard Mazières
RÉDACTION
Notre équipe met la prévention et l’information au cœur de sa ligne éditoriale afin d’aider les internautes à devenir acteurs de leur santé. Si vous voulez contribuer au site veuillez nous contacter.

2 Commentaires

  1. J ai ete opérer d une prothèse de la hanche gauche ilya2 ans au réveil la cuisse était pleine de sang et très douloureuses je suis aller en maison de rééducation.? 1mois j avais de la glace et morphine le médecin passer mais n a jamais prescrit un examen de radio je suis rentrée chez moi et laj ai eu une douleur horrible en me baissant je suis retourné voir mon chirurgien après radio rien pour lui au bout d une année j ai eu une infiltration dans l aine car ils ont découvert une bursite qui n a decoincer le tendon et la j ai encore une bursite dans la cuisse qui m empêche de marcher que faire on me propose une nouvelle infiltration quand penserez vous svp

    • Bonjour, une douleur de la hanche sur prothèse peut être due à plusieurs causes. A mon avis, si on est sur que tout va bien par rapport à la prothèse, il faut faire une échographie si on suspecte une tendinopathie ou une bursite pour étayer le diagnostic.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici