Comment soigner un torticolis

0
4281

Le torticolis (torti colli ou « cou tordu ») est une contracture douloureuse des muscles du cou, le sterno-cléido-mastoïdien, ce gros muscle qui saille à la face latérale du cou du côté opposé où l’on tourne la tête.

Il survient soudainement souvent au lever, à la suite d’une mauvaise position nocturne, d’un faux mouvement, d’un banal courant d’air, le torticolis bloque la tête un peu penchée sur le côté à la fois par les douleurs que chaque mouvement déclenche et par la contracture des muscles du cou.

Remarque : chez l’enfant, un torticolis banal peut être signe d’otite ou d’angine. Pensez-y en cas de fièvre ou de rhino-pharyngite.

Dans la majorité des cas, le torticolis est bénin et cédera tout seul en moins de 48 heures. Pour vous soulager en attendant, adoptez la bonne attitude.

Immobilisez votre cou

Pour diminuer les douleurs et la contracture, mettez au repos les muscles du cou :

• évitez toute manipulation intempestive du cou. Pour cela, vous pouvez bloquer votre cou en portant par exemple un collier cervical (minerve).
• Ne cherchez pas à faire des exercices d’assouplissement sauf si vous consultez un kinésithérapeute ou ostéopathe.

Utilisez la chaleur

La chaleur, grâce à ses vertus relaxantes, diminue la contracture.

• Appliquez du chaud sur votre cou : un gel chauffant, des compresses chauffantes, des patchs chauffants ou une bouillotte.
• Utilisez un sèche-cheveux pour souffler de l’air chaud sur votre cou.
• Prenez une douche chaude.

Calmez la douleur avec des médicaments

Si la douleur persiste, calmez-la avec des antalgiques ; en absence de contre-indications.

• un anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS) comme l’ibuprofène : Ibuprofène® (nombreux génériques),
• et un décontracturant myorelaxant à base de méphénésine : Décontractyl®.

Il en est de même du bon vieux Synthol® gel, un topique associant un salycilé et des substances révulsives.

Consultez un médecin si nécessaire

• Les douleurs vous empêchent de dormir.
• Les douleurs ne diminuent pas ou s’aggravent après 48 à 72 heures d’automédication.
• Vous faites des torticolis fréquemment et vous n’avez jamais consulté.
• Vous avez de la fièvre, troubles de la vue, vomissements, … etc
• La douleur est apparue à la suite d’un traumatisme important (coup du lapin par exemple).

LAISSER UN COMMENTAIRE