Syndrome du canal carpien : place des infiltrations aux corticoïdes

0
1736

Le syndrome du canal carpien est le plus fréquent des syndromes canalaires, traduit une compression du nerf médian dans le canal carpien. Le traitement médical conduit à la guérison dans 25 à 30 % des cas, surtout dans les formes purement sensitives.

L’efficacité des infiltrations aux corticoïdes est prouvée par quelques études et de rares méta-analyses (Bard) ; elle est de courte durée si la cause n’est pas supprimée.

Les effets systémiques des infiltrations ne sont pas nuls mais avèrent sans conséquences à moyen terme. La ponction du nerf est possible (accidentelle) mais rare si elle est effectuée en dedans ou à travers le palmaris longus ou sous échographie.

D’autres auteurs ont proposé d’infiltrer à travers le fléchisseur radial du carpe. Une atrophie cutanée ou une dépigmentation peuvent être limitées par une compression juste après l’injection. Il est déraisonnable de multiplier les infiltrations (Altim®ou Hydrocortancyl®) car elles peuvent altérer le nerf.

Une ou deux injections doivent donner un effet complet et durable ; une deuxième injection de méthylprednisolone de 60 mg réduit le nombre des patientes à opérer ; si une rechute survient avant 3 mois, il vaut mieux envisager un traitement chirurgical.

LAISSER UN COMMENTAIRE