Luxation de l’épaule : une urgence de prise en charge

0
3715
Luxation antéro-interne de l'épaule.

C’est la plus fréquente des luxations de l’organisme. Il s’agit le plus souvent de la luxation antéro-interne de l’articulation scapulo-humérale : la tête de l’humérus passe en avant et se bloque en dedans du rebord antérieur de la glène.

Suivant la position de la tête humérale, on parle :

• d’une luxation antérieure, de loin la plus fréquente ;
• d’une luxation inférieure ;
• d’une luxation postérieure.

Mécanisme de la luxation de l’épaule (antérieure)

L’articulation de l’épaule est très mobile, elle permet des mouvements dont les amplitudes sont extrêmement importantes. Cette mobilité remarquable permet des positions à la limite du contact entre les surfaces articulaires expliquant la fréquence des luxations.

La luxation se produit suite à une chute sur la main ou le coude, le membre étant en abduction – rotation externe et rétropulsion. Le traumatisme peut également être direct par chute sur l’épaule. La tête humérale tourne en dehors, sort de la glène et vient se loger en avant de l’omoplate.

Cette lésion entraîne des lésions capsulo-ligamentaires importantes avec désinsertion de la capsule au bord de la glène, des lésions du bourrelet glénoïdien, des lésions de la coiffe des rotateurs avec possible rupture des différents tendons.

Elle est favorisée par l’hyperlaxité et la multiplicité des épisodes précédents.

Il s’agit d’une urgence thérapeutique, la réduction doit s’effectuer avant 6 heures pour éviter les troubles vasculaires et nerveux par compression.

Comment poser le diagnostic d’une luxation de l’épaule ?

Elle se manifeste par une douleur intense et une impotence fonctionnelle totale de l’épaule. Le patient se présente le bras du côté luxé soutenu par la main du côté valide, le bras est bloqué en abduction irréductible.

De vue, on note une saillie externe de l’acromion (signe de l’épaulette), un aspect en coup de hache externe ou dépression sous-acromiale associé à une saillie de la tête humérale en avant avec effacement du sillon delto-pectoral.

La palpation des reliefs osseux de l’épaule confirme la position anormale de la tête humérale au niveau de l’aisselle (luxation antéro-interne), et la vacuité de la glène.

On recherche toujours une complication (valeur médico-légale) : 

Neurologique : l’atteinte classique du nerf circonflexe avec anesthésie du moignon de l’épaule et paralysie du deltoïde dont la récupération peut demander 18 mois à 2 ans.

Plus rarement, des lésions du plexus brachial peuvent exister lors d’une luxation antérieure de l’épaule (lésion tronculaire du médian et/ou du cubital).

Vasculaire : la compression de l’artère axillaire avec disparition du pouls radial est une complication rare, entraînant une ischémie aiguë du membre supérieur. Les examens angiographies doivent être réalisés en urgence afin de mettre une lésion artérielle en évidence après réduction de la luxation.

Examens complémentaires

Les radiographies spécifiques sont au nombre de 2 : épaule concernée de face et de profil de Lamy. Elles font le diagnostic positif et éliminent une fracture associée.

Image radiographique d’une luxation antéo-interne de le tete humérale.

Quelle évolution après la première luxation ?

Après réduction et immobilisation, l’évolution est favorable dans la majorité des cas mais il peut se développer une instabilité chronique de l’épaule avec répétition des épisodes, notamment chez les patients jeunes, en cas de lésions osseuses de passage associées, et d’hyperlaxité. L’instabilité chronique peut nécessiter un traitement chirurgical éventuellement sous arthroscopie.

Prise en charge d’une luxation d’épaule en urgence 

Réduction : elle doit se faire en urgence par manœuvres externes sous analgésie voire anesthésie générale et contention coude au corps dans un mayo- clinic pour 3 semaines. Radiographies de contrôle. Le Mayo-clinic évite la rotation externe et permet la cicatrisation de la capsule articulaire antérieure.

Manœuvres externes pour réduire une luxation de l’épaule.

Mayo-clinic : Il s’agit d’une immobilisation coude au corps à l’aide d’un jersey de coton tubulaire. Le jersey a 3 fois la longueur du membre supérieur. Deux trous permettent d’enfiler le membre supérieur dans la partie moyenne. En passant une extrémité autour du cou et l’autre autour de la taille, l’ensemble est maintenu en place par une épingle à nourrice. Il faut prendre garde d’éviter la constriction au poignet.

Sinon, actuellement on dispose d’orthèses d’immobilisation coude au corps plus confortables.

Orthèse d’immobilisation coude au corps.

Médicaments : antalgiques et anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS). 

Suites de soins : après immobilisation de l’épaule (la main et les doigts sont rééduqués d’emblée) on commence une rééducation progressive, tendant à récupérer les amplitudes articulaires, suivie d’un renforcement musculaire spécifique des muscles de la coiffe des rotateurs et du sous-scapulaire en particulier. Enfin, cette rééducation est complétée par des exercices proprioceptifs.

LAISSER UN COMMENTAIRE