Principe d’action des injections intra-articulaires d’acide hyaluronique

2
22589

Les injections articulaires d’acide hyaluronique (AH) connaissent un grand succès, du fait de leur simplicité d’utilisation et de leur bonne tolérance. L’efficacité clinique est retardée de 2–4 semaines par rapport aux infiltrations cortisoniques, mais se prolonge pendant 6 voire 12 mois.

L’AH, principal constituant du cartilage et du liquide synovial, est une longue chaîne de sucres (glycosaminoglycanes), dont le caractère très hydrophile lui confère une visco-élasticité à l’origine de propriétés mécaniques du cartilage (absorption des chocs) et du liquide synovial (lubrification articulaire, protection du cartilage).

Au cours de l’arthrose, il existe un déficit quantitatif et qualitatif en AH articulaire. Ainsi, le poids moléculaire (PM) moyen, c’est-à-dire la longueur des chaînes d’AH, passe de 4–5 mD dans l’articulation saine, à 2–4 mD dans l’arthrose, et leur concentration est divisée par deux.

Injecter un AH exogène dans l’articulation vise non seulement à rétablir les propriétés mécaniques du cartilage et du liquide synovial, mais aussi à obtenir certains effets biologiques ; l’AH injecté est en effet capté par des récepteurs articulaires spécifiques, ce qui lui confère de nombreux effets bénéfiques : action anti-inflammatoire modérée, réduction de la production enzymatique induite par les cytokines, action anti-oxydante, action anabolisante sur le cartilage, action antalgique directe par masquage des nocicepteurs articulaires.

Des propriétés de visco-induction, c’est-à-dire de stimulation de la production d’AH endogène par les synoviocytes, pourraient expliquer l’efficacité prolongée de l’AH exogène injecté, alors que celui-ci a un temps de résidence articulaire court, puisque rapidement dégradé après son injection.

Indications de la visco-supplémentation

Il faut retenir que la visco-supplémentation est un traitement de fond de l’arthrose symptomatique modérée, et non celui d’une poussée arthrosique avec hydarthrose. Son utilisation dans la chondropathie du sportif est al évaluée. Il n’y a pas de profil de réponse bien identifié pour la visco-supplémentation.

L’indication idéale au genou semble être l’arthrose du genou modérée sans épanchement. Dans l’arthrose de la hanche (coxarthrose), les résultats sont globalement décevants. Dans l’arthrose de l’épaule (omarthrose) avec ou sans rupture de coiffe et dans l’arthrose de cheville, les résultats sont encourageants.

Des travaux restent à réaliser pour déterminer notamment le profil des patients répondeurs et le meilleur schéma thérapeutique selon l’articulation.

Références : Conférences d’enseignement 2014.

2 COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE