Peignage du tendon d’Achille, une solution pour la tendinite chronique

0
2607
Incisions longitudinales du tendon d'Achille.

Le peignage du tendon d’Achille est l’une des techniques chirurgicales utilisée pour la cure d’une tendinite chronique du tendon d’Achille. C’est une inflammation chronique du tendon d’Achille souvent associé à un conflit avec le coin supérieur du calcaneus. Cela entraîne des douleurs à l’effort ; d’abord course, descente des escaliers puis à la marche.

En accord avec votre chirurgien et selon la balance bénéfice-risque il vous a été proposé peignage du tendon d’Achille. Il va de soi que votre chirurgien pourra dans le cas échéant en fonction des découvertes peropératoires ou d’une difficulté rencontrée, procéder à une autre technique jugée par lui plus profitable à votre cas spécifique.

Avant la chirurgie 

Un bilan d’imagerie peut être demandé par votre chirurgien avec une radiographie et une échographie voir une IRM.

En quoi consiste le peignage du tendon d’Achille ?

Après échec du traitement médical qui fait appel aux semelles orthopédiques, à la kinésithérapie, ondes de chocs, repos sportif, une intervention peut être proposée.

L’intervention chirurgicale est réalisée sous anesthésie locorégionale ou générale. Elle dure environ 20 à 60 minutes. Le chirurgien réalise une incision verticale en regard de la zone douloureuse.

Elle consiste en la réalisation d’incisions longitudinales du tendon qui vont stimuler sa cicatrisation. Une résection du tissu inflammatoire autour du tendon est souvent nécessaire. En cas de conflit avec le coin supérieur du calcaneus une résection de ce coin sera réalisée.

Et après ?

L’hospitalisation est ambulatoire ou peut justifier une hospitalisation. La cheville est immobilisée dans une botte. L’appui dépendra des habitudes de chacun et des constations per-opératoire. La surveillance ultérieure des pansements, la couverture anti-douleurs ainsi que les rendez-vous de contrôle vous seront indiqués au cas par cas par votre chirurgien.

Complications possibles ?

Elles sont rares :

Hématome : habituellement traité médicalement, il peut rarement nécessiter une évacuation.

L’infection profonde : exceptionnelle. Elle peut nécessiter une nouvelle chirurgie et un traitement prolongé par antibiotiques. Il vous est fortement déconseillé de fumer pendant la période de cicatrisation, le tabagisme augmentant de manière significative le taux d’infection.

L’algodystrophie : phénomène douloureux et inflammatoire encore mal compris, elle est traitée médicalement et peut durer plusieurs mois (voire parfois années), entraînant une prise en charge spécifique avec rééducation adaptée, bilans complémentaires et parfois prise en charge spécifique de la douleur.

Elle est imprévisible dans sa survenue comme dans son évolution et ses séquelles potentielles. La cicatrisation est parfois difficile à obtenir avec des retards et désunions de cicatrices qui vont demander des soins locaux prolongés. Des adhérences cicatricielles sont habituelles et demandent une prise en charge kinésithérapique. Une gêne au chaussage peut parfois être observée du fait de l’augmentation de volume du tendon et peut demander une adaptation du chaussage. Des douleurs résiduelles peuvent être observées en cas d’inflammation persistante.

La liste n’est pas exhaustive et une complication particulièrement exceptionnelle peut survenir, liée à l’état local ou à une variabilité technique. Toutes les complications ne peuvent être précisées, ce que vous avez compris et accepté.

Les résultats à espérer

Le peignage du tendon d’Achille vise à en stimuler la cicatrisation. Le résultat met en général 6 mois à être stabilisé. La marche et la pratique sportive sans douleur et sans limitation sont en général possibles sous réserve que la cicatrisation du tendon soit bonne.

En résumé

Le peignage du tendon d’Achille est une intervention fréquente dont les résultats sont variables mais elle permet en général après une période assez longue de récupérer une fonction non limité du tendon d’Achille.

Auteurs : Dr M. AUGOYARD – Dr R. AUGOYARD – Dr T. MEUSNIER – Dr MUKISH – Dr S. VALENTIN – Dr T. BISSUEL
PARTAGER
Article précédentLa tendinite d’Achille chez le sportif
Article suivantBordereau Maxime – Ostéopathe
RÉDACTION
Notre équipe met la prévention et l’information au cœur de sa ligne éditoriale afin d’aider les internautes à devenir acteurs de leur santé. Si vous voulez contribuer au site veuillez nous contacter.

LAISSER UN COMMENTAIRE