Genu varum ou jambes arquées chez l’enfant et l’adolescent

2
2240

Le genu varum est une déformation des membres inférieurs comme des parenthèses, une position de la cuisse et de la jambe formant un arc dont la concavité est interne. La découverte d’un genu varum au-delà de l’âge de 3 ou 4 ans doit faire rechercher une étiologie, les plus souvent retrouvées étant le rachitisme et la maladie de Blount.

Maladie de Blount

Défaut de développement du plateau tibial médial, cette pathologie est plus souvent retrouvée dans les populations d’origine africaine ou antillaise. Elle est volontiers asymétrique. L’examen clinique de l’enfant debout permet d’observer une démarche en rotation médiale et de rechercher une instabilité visible de son genou ; en décubitus, une laxité en varus. Cette laxité n’est pas due à une distorsion des plans ligamentaires latéraux, mais à une perte de substance médiale.

L’examen clinique vérifie également les rotations et confirme la présence d’une torsion tibiale médiale. La radiographie montre un défect important du plateau tibial médial.

Le traitement de cette maladie de Blount est chirurgical. Chez les jeunes enfants, une ostéotomie de valgisation-dérotation du tibia avec discrète hypercorrection permet d’aligner correctement les membres inférieurs. La survenue d’une récidive est possible : une épiphysiodèse tibiale médiale peut apparaître au cours de la croissance, responsable d’une récidive rapide et d’une inégalité de longueur des membres inférieurs.

En période pubertaire, le traitement chirurgical consiste en un alignement par ostéotomie avec allongement intraépiphysaire. Cette correction doit tenir compte d’une éventuelle inégalité de longueur des membres inférieurs.

Rachitisme

L’examen clinique retrouve une augmentation de volume des métaphyses des membres inférieurs et des membres supérieurs et parfois une tuméfaction de la partie antérieure des côtes. La radiographie montre un aspect élargi du cartilage de croissance avec élargissement périphérique des métaphyses osseuses ; celle du bassin montre en général une coxa vara avec aspect également élargi du cartilage de croissance cervicocéphalique.

Toutes les métaphyses sont anormales. La radiographie du thorax confirme la présence de tuméfaction de la partie distale des côtes.

Le plus souvent, il s’agit d’un rachitisme carentiel : les déformations osseuses se corrigent rapidement après traitement par vitamine D, quoique persistent souvent des déviations osseuses métaphysaires pouvant parfois justifier une correction chirurgicale.

Chondrodysplasie métaphysaire

La persistance de déformation des membres associée à une petite taille doit faire rechercher une pathologie génétique ou maladie osseuse constitutionnelle.

Genu varum de l’adolescent

S’il existe parfois un antécédent traumatique ou infectieux responsable d’une épiphysiodèse, la découverte d’un genu varum ou valgum asymétrique impose un bilan radiographique. Le traitement de telles lésions est toujours chirurgical : correction axiale et le plus souvent correction de l’inégalité de longueur ; il peut être réalisé par ostéotomie ou par distraction progressive par fixateur externe.

La découverte d’un genu varum chez un adolescent ne se plaignant d’aucune douleur pose le problème de son évolution vers l’arthrose. D’un point de vue mécanique, le genu varum augmente la pression fémorotibiale médiale. Une lésion du ménisque médial de type dégénératif peut survenir dans l’adolescence ou chez l’adulte jeune. Chez l’adulte plus âgé, des signes radiographiques d’arthrose fémorotibiale médiale sur genu varum deviennent de plus en plus manifestes. À ce stade, seule une ostéotomie tibiale de valgisation permet de rééquilibrer les pressions et de limiter l’évolution de l’arthrose.

Chez l’adolescent, la possibilité d’une épiphysiodèse tibiale latérale, associée à une épiphysiodèse du col de la fibula, doit être discutée. S’il s’agit d’un adolescent sportif, la discussion est d’autant plus difficile qu’un geste chirurgical risque de compromettre une éventuelle carrière professionnelle.

Références : Posturologie clinique Tonus, posture et attitude.

2 COMMENTAIRES

  1. Comment un genu varum.augmente les pression sur les plateaux tibiaux mediaux et non lateraux ?
    En tout cas excellent article j apprecie beaucoup le site bonne continuation

    • Parce que il y a un changement d’axe du membre qui dévie en interne car le membre est arqué, donc c’est le plateau médial qui subit plus de charge. Quand c’est l’inverse, genu valgum, l’axe dévie en externe et c’est le plateau latéral qui supporte plus de charge. C’est une question de biomécanique !

LAISSER UN COMMENTAIRE