Syndrome d’Eagle : une cause rare de cervicalgies

0
3896

Le syndrome d’Eagle est une pathologie décrite pour la première fois par Eagle en 1937. Il correspond à l’ensemble des symptômes secondaires à une hypertrophie anormale de l’apophyse styloïde (plus longue que la normale) de l’os temporal ou à une ossification du ligament stylo-hyoïdien.

Apophyse styloïde de l’os temporale.

Il s’agit d’une pathologie peu connue qui touche 4 % de la population générale, avec moins de 5 % des patients qui sont cliniquement symptomatiques.

Signes et symptômes

Une multitude de symptômes non spécifiques et invalidants peuvent être retrouvés :
– douleur du rachis cervical irradiant à la face,
– sensation de corps étranger pharyngé,
– dysphagie (difficulté à la déglutition),
– otalgie (douleur à l’oreille),
– céphalée,
– hypersalivation…

Cette variabilité sémiologique rend le diagnostic difficile pour le clinicien. L’examen clinique est toutefois normal.

Diagnostic

Il pose cliniquement un problème de diagnostic différentiel avec de nombreuses pathologies ORL, ce qui souligne l’intérêt de l’imagerie. En effet, il doit toujours rester un diagnostic d’exclusion, après élimination d’autres pathologies, en premier lieu une tumeur cervicale maligne.

Il n’y a pas de corrélation entre l’intensité de la douleur et l’étendue de l’ossification. Ainsi, devant toute douleur pharyngée persistante avec examen clinique normal, il faut rechercher une lésion profonde par tomodensitométrie (TDM).

L’examen de référence pour le diagnostic de syndrome d’Eagle est la TDM, avec reconstructions multiplanaire et 3D : excellente évaluation de la longueur et de la direction des processus styloïdes et de leurs rapports avec les structures de voisinage, ce qui est essentiel pour évaluer le pronostic.

Le scanner est l’examen de choix : il met en évidence l’apophyse styloïde allongée et son ossification.

Traitement

Le traitement du syndrome de Eagle est controversé en raison des difficultés physiopathologiques et du faible nombre des cas rapportés.

Le traitement est avant tout médical. La chirurgie est indiquée dans les cas rebelles, elle consiste à réaliser une exérèse du processus styloïde, par voie cervicale ou intra-orale.

Références : Em-Consulte – Faculté de médecine, université de Strasbourg – Service de radiologie, Ortenau Klinikum Offenburg-Gengenbach, Ebertplatz 12, 77654 Offenburg, Allemagne.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here