Kyste osseux essentiel : caractéristiques et traitement

2
4823
Fracture pathologique sur kyste osseux essentiel de l'humérus.

Le kyste osseux essentiel (KOE) ou kyste osseux simple est une tumeur osseuse de nature lytique, bénigne (non cancéreuse), que l’on rencontre essentiellement chez l’enfant et l’adolescent.

C’est une cavité dans l’os remplie d’un liquide. Bien qu’il puisse affecter tous les os, les localisations les plus fréquentes sont l’extrémité supérieure de l’humérus (bras) et du fémur.

Symptômes 

Les kystes osseux essentiels sont asymptomatiques, découverts le plus souvent accidentellement lors d’une radiographie ou suite à une fracture pathologique dues à la fragilisation de l’os.

Description

Le kyste osseux essentiel occupe une position centrale métaphysaire à proximité d’un cartilage de croissance et qui augmente de volume en fragilisant l’os par amincissement de la paroi corticale. La lésion devient ensuite latente et se retrouve progressivement en position diaphysaire.

Les médecins classent les kystes osseux essentiels selon que le kyste se développe à proximité du cartilage de croissance ou à distance.

Actif. Ces kystes sont en contact avec le cartilage de croissance. Ils peuvent croître suffisamment pour affaiblir les os et provoquer des fractures. Un kyste actif peut se développer et endommager le cartilage de croissance, entraînant une déformation osseuse ou une inégalité de longueur des membres.

Latent. Ces kystes ne sont pas en contact avec le cartilage de croissance. Avec la croissance, la distance entre le kyste et le cartilage de croissance devient plus grande.

Diagnostic

Dans la plupart des cas, les radiographies standards sont suffisantes pour faire le diagnostic. Les autres examens (scintigraphie, tomodensitométrie, imagerie par résonance magnétique) sont inutiles car ils ne permettent pas d’écarter la possibilité d’un kyste anévrismal, diagnostic différentiel le plus fréquent.

la ponction biopsique est rarement indiquée.

Evolution

Le kyste osseux essentiel finit par régresser à la fin de la période de croissance et enfin par guérir. Au cours de son évolution, il peut générer une ou plusieurs fractures qui sont souvent la circonstance de la découverte.

Traitement du kyste osseux essentiel

Afin de déterminer le traitement approprié, le médecin tiendra compte d’un éventail de facteurs, notamment la taille du kyste, l’état de l’os, le niveau d’activité de l’enfant et les symptômes que l’enfant pourrait ressentir. Les traitements proposés ont pour but d’éviter ces fractures et sont de deux types.

En absence de fracture

Si le kyste est de petite taille et sans symptômes, il est recommandé de s’abstenir et de le surveiller régulièrement l’évolution du kyste par des radiographies de contrôle. Si le kyste est suffisamment volumineux pour provoquer une fracture pathologique, la chirurgie peut être discutée à titre préventif d’une telle complication.

– Le traitement par chirurgie : il consiste en un curetage, associé ou non à un comblement du kyste par une greffe osseuse. L’ostéosynthèse (fixation) se justifie lorsque l’os est très fragilisé et qu’une fracture peut avoir des conséquences importantes (nécrose ischémique sur fracture du col fémoral).

– Aspiration du kyste et injection : sous contrôle radiologique, le médecin aspire le contenu liquidien du kyste et injecte des corticoïdes ou de la moelle osseuse. Cette technique mini-invasive donne des résultats équivalents avec un moindre risque.

La préférence va actuellement aux traitements par injections, sauf aux zones portantes où le risque fracturaire est important (extrémité supérieure du fémur). Le curetage avec ou sans comblement et ostéosynthèse de protection garde alors toute sa place.

Avec fracture 

Si le kyste a déjà provoqué une fracture, cette dernière guérira généralement sans recours à la chirurgie (par immobilisation). Les fractures sont traitées orthopédiquement (immobilisation plâtrée) à l’extrémité supérieure de l’humérus et chirurgicalement (ostéosynthèse) à l’extrémité supérieure du fémur.

Certains kystes (25%) guérissent complètement avec la fracture. Si le kyste est toujours présent après la consolidation de la fracture, une intervention chirurgicale peut être recommandée afin d’éviter une nouvelle fracture.

Références : American academy of orthopaedic surgeons – Revue Appareil locomoteur EM consutle. 

2 COMMENTAIRES

  1. Salut
    J’ai un kyste osseux anevrysmal opéré 2 fois , au chu béjaia en 2016 et clinique al azhar en 2017. Mais ça evolue vers une recidive. J’ai 33ans.
    Un orthopediste m’a donner une lettre d’orientation vers un specialiste en imagerie interventionnelle.
    Qu’allez vous me conseiller .

  2. Bonjour, je viens de voir votre message ,
    Que vous a t on conseillé après cette récidive , Qui avait vius vu revu depuis ?
    Moi même j ai un Kiste Bénin du calcanéum pouvant correspondre à un Kiste essentiel remanié avec petit saignement intra -kistique ou à un Kiste anévrismal étant donné la présence de niveaux liquide -liquide . Celui ci mesure 6, 2 cm de longueur , 3 cm d épaisseur et 3 cm de largeur . Depuis quelques mois j ai de la peine à marcher et des douleurs au niveau du genou sont présente , ce qui m’a empêché de plier ma jambe . La ont m à découvert un petit Kiste synovial des parties molles antérieures qui mesure 15mm en plus de l autre .
    J aimerais avoir votre avis et qui avez vous vu si une solution a été trouvée .
    Merci . P. O.S

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here