Historiquement, la chirurgie de la colonne a été pratiquée à la fois par des neurochirurgiens et des orthopédistes. Néanmoins, de nos jours, un grand nombre de chirurgiens orthopédistes et de neurochirurgiens se spécialisent dans la chirurgie de la colonne, créant ainsi un nouveau concept, celui de chirurgien du rachis.

La plupart des interventions réalisées sur la colonne vertébrale dans les services de neurochirurgie ont pour objectif de délester les structures neurales. Elles sont aujourd’hui réalisées par microchirurgie. Les hernies discales lombaires et cervicales présentant une compression neurologique, les sténoses dégénératives avec syndrome de la queue de cheval ou compression médullaire en sont autant d’exemples.

Beaucoup plus rares sont les pathologies intradurales. Pour apprendre à pratiquer toutes ces interventions, une formation post-graduée de microchirurgie neurologique de plusieurs années est indispensable. Ceci est à l’heure actuelle un domaine spécifique de la neurochirurgie.

Aujourd’hui néanmoins, une chirurgie de la colonne vertébrale de qualité n’est plus pensable sans la contribution des chirurgiens orthopédistes. La plupart des maladies dégénératives est traitée par ces deux spécialités. La différence subsiste pour certains domaines.

En effet, seuls les neurochirurgiens sont habilités à opérer à l’intérieur de la dure mère et donc à traiter les tumeurs de la moelle, kystes arachnoïdiens, syringomyélie, malformations vasculaires médullaires, diastématomyélie, moelle attachée, spina bifida, méningomyélocèle, tumeurs de la jonction cranio-cervicale ou de la partie haute de la colonne cervicale, neurinomes et quelques autres maladies. Par contre, les scolioses tant chez l’enfant que chez l’adulte sont principalement traitées par les orthopédistes. En chirurgie orthopédique, on opère également les spondylolisthésis et les discarthroses.

Cherchez un chirurgien spécialisé dans la chirurgie du rachis

De toute manière, orthopédistes et neurochirurgiens ne se considèrent plus comme des concurrents, mais comme des collègues partageant le même champ d’intérêt. De nos jours, un patient présentant une pathologie du dos ne devrait pas se satisfaire d’un neurochirurgien qui fait « beaucoup de crâne et un peu de colonne » ni d’un orthopédiste qui fait « beaucoup de prothèses de hanches et un peu de colonne ». Il doit rechercher un chirurgien, orthopédiste ou neurochirurgien, formé à la chirurgie de la colonne et qui y consacre l’essentiel de son temps.

LAISSER UN COMMENTAIRE