Déchirure du muscle grand pectoral : causes, signes et traitement

1
12546
Le développé couché ou bench press est souvent à l'origine des ruptures du muscle grand pectoral.

La déchirure du muscle grand pectoral (Pectoralis major) est une blessure traumatique rare. Elle survient le plus souvent chez le jeune sportif suite à une forte contraction du muscle grand pectoral sur un bras en extension–abduction. Le développé couché ou bench press en anglais est l’exercice de musculation qui occasionne le plus souvent ce type de blessure.

Un survol de la littérature révèle que la majorité de ces blessures surviennent au niveau de l’insertion humérale et dans la plupart des cas, la rupture est totale. Il est important de distinguer les ruptures totales des ruptures partielles.

Muscles grand pectoral. 1. 2. 3. Site de la rupture musculaire.
Anatomie du muscle grand pectoral avec ses deux faisceaux 1. faisceau sterno-chondro-costal 2. Faisceau claviculaire 3. Site de la rupture musculaire.

Quels sont les signes d’une rupture du muscle grand pectoral ?

Les patients qui présentent une rupture du grand pectoral sentent une douleur brutale, souvent avec une sensation de déchirure dans la poitrine. Les symptômes comprennent :

• Douleur dans la poitrine et le bras ;
• Faiblesse musculaire ;
• Ecchymoses (blues) dans la poitrine et le bras ;
• Hématome (collection sanguine) en regard de la rupture.

Comment confirmer la rupture du muscle grand pectoral ? 

Le diagnostic, qui passe le plus souvent inaperçu au stade de début, est confirmé en imagerie par l’échographie ou de préférence l’IRM.

Ces examens évaluent de façon précise l’étendue, la localisation et la possibilité d’une réparation chirurgicale. Il est important de préciser au radiologue la lésion recherchée.

Quelle est la prise en charge thérapeutique ?

Le traitement dépend de plusieurs facteurs : l’aspect total ou partiel de la rupture, l’état des moignons tendineux, l’ancienneté de la rupture, l’âge, le niveau sportif, la gêne fonctionnelle et bien sûr le souhait du patient.

En cas de rupture totale ou partielle grave chez un patient sportif et jeune, le traitement est incontestablement chirurgical et consiste en une réinsertion du grand pectoral suivi d’une immobilisation stricte pendant 4 semaines coude au corps puis d’une rééducation de 3 à 6 mois.

Le résultat fonctionnel est excellent et la reprise du niveau sportif antérieur tout à fait envisageable. Des réparations chirurgicales, même à distance, sont possibles avec des résultats souvent favorables.

Les ruptures partielles aiguës sont quant à elles traitées efficacement avec ou sans chirurgie. Les ruptures partielles chroniques peuvent être traitées chirurgicalement avec de bons résultats après l’échec des mesures thérapeutiques conservatrices appliquées au contexte aigu.

Comment éviter les déchirures musculaires ? 

• Évitez les efforts trop intenses et non échauffé. L’entraînement doit être progressif.
• Toujours s’échauffer avant un effort physique: un muscle froid est plus fragile.
• Étirez-vous. Assouplir un muscle, c’est améliorer sa qualité élastique et ainsi lutter contre les blessures.
• Écoutez votre corps : arrêtez-vous devant le début des crampes ou des douleurs.

Attention. Lors d’un développé couché au cours d’une séance de musculation, ne faites pas trop descendre la barre surtout si vous avez une cage thoracique peu développée. Cela augmente le stress musculaire et le risque de rupture.

1 COMMENTAIRE

  1. Bonjour, j’ai une petite déchirure du grand pectoral côté droit. Qu’est ce que je peux faire comme sport? ( Course ou marche ?). Quelle sorte d’immobilisation est nécessaire si je veux faire de la cours?

LAISSER UN COMMENTAIRE