Maladie de Scheuermann : causes, symptômes et traitement

0
9303

La maladie de Scheuermann, appelée également cyphose juvénile ou épiphysite vertébrale douloureuse de l’adolescence, désigne une altération de la colonne vertébrale. Elle survient au début de la puberté, vers 11 ans chez la fille et vers 13 ans chez le garçon. Elle se caractérise par la présence d’une cyphose dorsale, courbure du rachis, importante.

La maladie fut décrite pour la première fois en 1921 par un chirurgien danois (qui lui donnera son nom) comme « une cyphose douloureuse plus ou moins réductible, survenant pendant la puberté, et s’associant à des irrégularités des plateaux vertébraux et des déformations vertébrales ».

Causes de la maladie de Scheuermann

L’hypothèse actuelle est que la maladie de Scheuermann résulte de deux facteurs précurseurs principaux : des contraintes mécaniques excessives sur la colonne, à la fois statiques et dynamiques, et une fragilité de la plaque cartilagineuse, particulièrement vulnérable pendant la période de croissance.

Symptômes

La maladie de Scheuermann peut ne se manifester par aucun symptôme et être découverte devant une radiographie de la colonne montrant une cyphose (courbure) dorsale exagérée, mais provoque parfois des douleurs ou une raideur de la colonne vertébrale.

Le plus souvent, la maladie de Scheuermann touche la colonne vertébrale au niveau thoracique, entraînant des douleurs entre les omoplates et un dos rond (accentuation de la cyphose dorsale). Il faut donc s’inquiéter devant un adolescent qui a mal au dos ou qui se tient voûté, même s’il peut parfaitement se redresser quand il en fait l’effort.

Examen médical et diagnostic

L’examen trouve une augmentation des courbures sagittales, hypercyphose dorsale (convexité) et hyperlordose lombaire compensatrice (concavité) — flèche sacrée et augmentation des flèches cervicale et lombaire.

gr1

La radiographie du rachis (colonne vertébrale) centrée sur la zone concernée montre un aspect typique associant :

cyphose • Plateaux vertébraux feuilletés.
• Creusement central du corps vertébral supérieur (hernie intra-spongieuse).
• Tassement.
• Déformation en forme de coin des corps vertébraux touchant le plus souvent la septième, la huitième et la neuvième vertèbre dorsale.

Evolution de la maladie

Généralement cette maladie cesse d’évoluer à la fin de la croissance, même si les déformations persistent. Des douleurs sont possibles à l’âge adulte, en rapport avec les déformations vertébrales (tiraillements ligamentaires ou musculaires, arthrose ….) ou en raison de l’apparition d’une détérioration des disques probablement favorisée par la maladie.

Traitement

Le traitement comprend deux grands volets : la rééducation (kinésithérapie et corset) et la chirurgie. Il n’est pas systématique, et la prise en charge des formes minimes de maladie de Scheuermann peut se limiter à un simple suivi et des conseils d’hygiène de vie :

• poursuite d’une activité physique régulière en évitant les sports avec contraintes dans l’axe (acrosport, haltérophilie), et microtraumatismes répétés (sports de combat, rugby) ;
• adaptation du bureau et du matériel scolaire en favorisant un siège haut et un plan de travail incliné ;
• éviction du port répété de charges lourdes.

1. Rééducation

Le traitement médical aura toutes les chances d’être efficace si l’enfant est pris en charge suffisamment tôt, c’est-à-dire en début de puberté. Cette notion est fondamentale et montre tout l’intérêt d’un diagnostic précoce de la maladie.

Kinésithérapie : Elle soulage la douleur et si possible correctrice de la cyphose quand elle est encore réductible. Plusieurs techniques de kinésithérapie sont utilisées.

Afin de lutter contre la cyphose seront proposés : un travail postural, des étirements axiaux, un renforcement actif des érecteurs du rachis essentiellement en endurance et des exercices d’auto-agrandissement, en prenant soin de ne pas aggraver la lordose lombaire compensatrice.

shutterstock_69607726-300x219

Les rétractions musculotendineuses (pectoraux et ischiojambiers surtout) seront corrigées par des étirements posturaux passifs et dynamiques, et par des techniques de contracté-relâché. Enfin, un travail de l’ampliation thoracique pourra être utile en cas de syndrome restrictif associé.

shutterstock_78210250-300x192

Utilisation du corset : Certains spécialistes réservent le corset aux cyphoses modérées, comprises entre 45 et 65°. Néanmoins, d’autres retrouvait une efficacité pour de grandes déformations, avec angulations supérieures à 70°. Les objectifs sont :

• la correction de la statique de la colonne ;
• diminution de l’hyperpression sur la partie antérieure des corps vertébraux ;
• soulager la douleur.

Ses principales indications sont la cyphose douloureuse et/ou aggravation et/ou en échec de la kinésithérapie.

Corset de Milwaukee.
Corset de Milwaukee.

Les études s’intéressant à l’efficacité du traitement orthopédique dans la maladie de Scheuermann retrouvent une réduction de 35 à 50 % de la déformation cyphotique avec le corset de Milwaukee (temps de port moyen : 32 à 34 mois).

2. Chirurgie

Arriver au traitement chirurgical est exceptionnel dans la maladie de Scheuermann. Il est réservé aux cyphoses évoluées, peu réductibles, douloureuse, en échec de la kinésithérapie et de l’appareillage. Le retentissement esthétique est à prendre en compte, mais il ne constitue pas, en soit, une indication chirurgicale.pre_and_post_op_Scheuermanns_disease

De même, l’indication de la chirurgie ne doit pas être portée uniquement sur un angle supérieur à 60°–70°, mais doit s’intégrer dans une réflexion plus globale prenant en compte le terrain, les symptômes et l’analyse de l’équilibre sagittal du patient. Il s’agit d’une chirurgie lourde, avec un risque de complications non négligeables, même si elles restent rares ; elle doit donc être pratiquée par des équipes entraînées. Enfin, il est préférable d’attendre la fin de croissance du tronc pour opérer.

Conclusion : Si votre enfant se tient mal, si son dos se courbe ou s’il a mal au dos, consultez votre médecin qui réalisera des radiographies et vous adressera si besoin à un spécialiste. La surveillance est essentielle, elle permet de traiter à temps les enfants et adolescents pour prévenir ou corriger les déformations. Vers 15 à 16 ans, alors que la croissance est bien avancée, il est presque trop tard.

LAISSER UN COMMENTAIRE