Plaie de la main : le gant qui favorise la cicatrisation

0
672

La main humaine est un appendice complexe et la récupération d’une plaie de la main est difficile. Ainsi, qui, même après une simple petite coupure à la main, ne s’est pas trouvé très handicapé face aux tâches de la vie quotidienne ?

1-utarlingtonuLes plaies à la main sont spécifiques à la fois en raison de leur site mais aussi de la difficulté de leurs soins de pansement puis de leur cicatrisation.

Cette véritable invention de chercheurs américains répond donc à un vrai besoin, celui de la gestion des plaies et traumatismes de la main, avec un dispositif tout à fait sur mesure : un «Bioengineered Smart-Glove for Regenerative Healing of Extremity Trauma» ou REHEAL Glove, un gant à pression négative, cicatrisant, conçu avec un polymère souple, semblable à un pansement tout en un et transparent, pour une meilleure surveillance de la plaie.

Les mains sont notre principal lien avec le monde qui nous entoure. Il n’est pas surprenant que jusqu’à un tiers des visites pour blessures aux urgences impliquent une plaie à la main, une plaie « difficile » à gérer, compte-tenu de l’anatomie, la structure et la fonction complexes de la main.

Développé pour répondre à ces défis par des chercheurs de l’Université du Texas à Arlington, le Reheal glove doit ensuite être testé dans une petite étude pilote par des chercheurs de l’Université de Washington. Ce gant cicatrisant qui accélère la cicatrisation, permet donc de reprendre plus rapidement l’usage normal de sa main.

C’est en fait un nouveau type de pansement, une alternative aux protocoles actuels qui vont immobiliser complètement la main, retarder ainsi sa rééducation et sa récupération :

• le gant nécessite une moindre fréquence de changement, par rapport aux dispositifs de pansement classiques, et donc évite les douleurs au retrait,
• il est constitué de silicone transparent, ce qui permet de surveiller l’évolution de la plaie.
• il est équipé pour fournir une thérapie par pression négative (TPN) et éliminer le surplus de fluides ou d’exsudats,
• pour apporter des agents thérapeutiques de cicatrisation dont si besoin des gels ou des crèmes topiques,
• pour contrôler les alentours de la plaie pour une cicatrisation plus rapide et sans complication.
• Enfin, sa pose comme son retrait sont décrits comme « faciles » et « rapides ».
• Le gant respecte mieux la mobilité de la main et des tissus ce qui favorise les premières phases de la cicatrisation de la plaie et, globalement le processus de réadaptation.

Cette actualité a été publiée sur Santélog par P. Bernanose, D. de publication, avec la collaboration de P. Pérochon, diététicien-nutritionniste, coordinateur éditorial.

LAISSER UN COMMENTAIRE