L’électrostimulation associée à l’effort intense augmente de 30% la perte de calories

0
448

Des scientifiques de l’Université de Grenade (Espagne) prouvent que ce type d’exercices combinés augmente en continue le taux métabolique au cours des jours qui suivent la réalisation de l’effort.

Illustration: Université de Grenade
Illustration: Université de Grenade

Suivre un entrainement fractionné de haute intensité (High Intensity Interval Training ou HIIT) accompagné d’une électrostimulation inté intégrale entraîne une consommation calorique jusqu’à 30% plus élevée que lors d’un exercice aérobie. De plus, ce type d’exercices combinés continue d’augmenter le taux métabolique au cours des jours qui suivent la réalisation de l’effort (le corps continue de brûler des calories) alors qu’un exercice aérobie conventionnel entraîne une consommation calorique plus faible et ce, seulement pendant l’exercice et non après.

Ces conclusions font partie de celles auxquelles sont arrivés les chercheurs du groupe EFFECTS-262 du département de Physiologie de la Faculté de Médecine de l’Université deGrenade au cours de leur étude publiée dans la Revista Andaluza de Medicina del Deporte (Revue Andalouse de Médecine du Sport).

12 sujets sédentaires ayant un indice de masse corporelle supérieur à 35 ont participé à l’étude. Ils se sont soumis de manière aléatoire et randomisée à trois types d’entrainement au cours de trois lundis consécutifs.

Postérieurement, les chercheurs avaient déterminé le métabolisme de base de chacun d’entre eux grâce à des analyses des gaz du sang pendant 30 minutes, à jeun tôt le matin après 10 minutes de repos.

Une étude du métabolisme basal ainsi que la méthode DXA (méthode de référence pour l’évaluation de l’indice de masse grasse) ont de nouveau été réalisées après 60 minutes d’entrainement ainsi que 24, 48 et 72 heures après.

Toutes les séances furent contrôlées par monitorage via pulsomètre, oxymètre, mesure de tension artérielle et perception du bien-être subjectif.

Du lactacte dans le sang

Des taux plus élevés de lactacte dans le sang ont été relevés à la fin de l’entraînement intensif accompagné d’une EMS – ou stimulationmusculaire électrique – (15,6 mmol.L-1) que ceux produits lors d’un entrainement de type aérobie (2 mmol.L-1).

électrostimulation muscle

De plus, les chercheurs ont également noté des différences significatives entre les consommations basales d’oxygène post effort juste après l’exercice, 60 minutes, 24 heures, 48 heures et 72 heures après les différents entrainements.

Les niveaux de déficit d’oxygène atteints lors de l’entrainement fractionné de haute intensité (HIIT) accompagné d’une électrostimulation ont remarquablement dépassé ceux atteints lors du pré-test. Et ce, jusqu’à 72 heures après la fin de l’entrainement. La différence est donc notoire par rapport à un entrainement de type aérobie après lequel les niveaux de VO2max (consommation maximale d’oxygène que l’organisme peut consommer dans un laps de temps précis) ont atteint des valeurs similaires à celles obtenues lors du pré-test à 60 minutes.

Ángel Gutiérrez Sáinz, professeur de Physiologie à l’UGR souligne qu’une séance hebdomadaire de 20 minutes de HIIT accompagnée d’une électrostimulation « offre d’extraordinaires avantages neurologiques, métaboliques et fonctionnels à la fois chez les personnes sédentaires, les sportifs de haut niveau souffrant d’une lésion et les athlètes qui s’entraînent ».

Gutiérrez fait cependant savoir que ce type d’entrainement avec gilets d’électrostimulation « ne doit en aucun cas prétendre remplacer le sport mais bien en être un complément, et doit toujours être encadré par des experts ».

Le chercheur de l’UGR attire l’attention sur le fait que bien que la stratégie commerciale développée autour de l’électrostimulation « ait causé plus de mal que de bien, c’est un système très efficace et qui, encadré par des professionnels, amplifie les avantages de l’exercice physique étant donné qu’elle active simultanément plus de 300 muscles ».

Bibliographie : Influencia de tres tipos diferentes de entrenamiento (Electroestimulación global, High Intensity Interval Training (HIIT) y Aerobio convencional) sobre el metabolismo basal post esfuerzo  –  Revista Andaluza de Medicina del Deporte
A. de la O, F. Amaro , C. Roero, A. Gutiérrez

LAISSER UN COMMENTAIRE